Ministero della Difesa

Logo della rivista on line Informazioni della Difesa
Versione Italiana English version Version en francais Version espanol

Le conflit malien

Osservatorio Strategico - Alessandra Mulas

Roma,  4 aprile 2013

Le conflit au Mali a ses origines dans les défis que l'ensemble des régions de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient abordent depuis l'éclatement de ce que l’on appelle le Printemps arabe. Les Touaregs demandent depuis longtemps l'indépendance de l'Azawad, le territoire situé au nord du Mali où leurs tribus sont installées et vivent aujourd'hui. Ce territoire, qui fait partie d'une zone plus vaste connue sous le nom de "Sahel", est devenu le centre d'une guerre qui a débuté en Libye.

Les Touaregs ont pris part à la lutte contre l'insurrection libyenne avec les forces de Kadhafi, obtenant ainsi la formation et les armes qu'ils ont ramenées au Mali. Leurs demandes sans réponses combinées à l'influence des mouvements djihadistes (à savoir AQMI - Al-Qaïda au Maghreb islamique, MUJAO et Ansar al-Din) ont poussé à  la recrudescence du mouvement touareg (Mouvement MNLA-National pour la Libération de l'Azawad) contre le gouvernement Bamako dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal.

La préparation militaire et l'équipement des forces gouvernementales insuffisants ont ouvert la voie à la conquête du nord du Mali par les rebelles. Après avoir approuvé deux résolutions, la communauté internationale a décidé d'intervenir, en donnant un mandat officiel à CEDEAO, l'Organisation économique des Etats d'Afrique de l'Ouest. L'UE a également approuvé une mission de formation de l'armée malienne (EUTM), tandis que la France a envoyé 2.500 soldats pour combattre MNLA et les djihadistes qui menacent Bamako.

Au fil du temps, les troupes françaises et maliennes ont récupéré une partie du territoire, mais la situation sur le terrain reste incertaine. En effet, il ya un espace de manœuvre pour le jihad idéologique dans les zones rurales, ce qui représente un élément d'instabilité qui peut être facilement exporté vers des zones voisines. La lutte contre le terrorisme doit inclure une approche plus pragmatique qui tient compte des programmes sociaux, économiques et de l'éducation afin de lutter contre le radicalisme religieux et la propagation de l'instabilité.